Discussion:
Barack Obama a pris un net avantage sur Hillary Clinton,
(trop ancien pour répondre)
fff
2008-02-13 11:13:13 UTC
Permalink
Raw Message
Barack Obama a pris un net avantage sur Hillary Clinton à l'occasion des primaires organisées, mardi 12 février, en Virginie, dans le Maryland et dans la capitale fédérale, Washington (District de Columbia). Il dépasse désormais la sénatrice de New York dans la course à l'investiture démocrate pour l'élection présidentielle de novembre. Son adversaire potentiel, le républicain John McCain, s'est encore rapproché de la nomination, mais son score a montré qu'il n'a pas vaincu les résistances des évangéliques à son égard.


Clés : décompte des délégués, prochaines échéances

Délégués
Le sénateur de l'Illinois, Barack Obama, était crédité, mercredi 13 février, par le site RealClearPolitics, de 1259 délégués, contre 1210 pour Hillary Clinton, sénatrice de l'Etat de New York, loin encore du seuil des 2025 nécessaires pour s'assurer l'investiture.

Chez les républicains, John McCain, le sénateur de l'Arizona, est crédité de 797délégués contre 240 pour l'ex-gouverneur de l'Arkansas Mike Huckabee.

Agenda
19 février : Caucus démocrates à Hawaï (29 délégués). Primaires démocrates et républicaines dans le Wisconsin (92 et 40 délégués).

4 mars : Primaires démocrates et républicaines au Texas (228 et 140délégués), à Rhode Island (32 et 20), dans le Vermont (23 et 17) et l'Ohio (161 et 88).
[-] fermer
Après la fermeture des bureaux de vote, Hillary Clinton a parlé la première. Elle se trouvait au Texas, où elle prépare la bataille qu'elle devra absolument gagner, le 4 mars, si elle veut combler l'écart qui est en train de se creuser avec son rival. Elle n'a pas abordé les défaites du jour, ni expliqué la démission de son directeur de campagne adjoint, la deuxième d'un membre de son état-major en quelques jours, se contentant de répéter qu'elle serait "prête dès le premier jour" pour être commandant en chef et relancer l'économie.

M.Obama l'a très largement emporté. Dans le district de Columbia, il devance MmeClinton de 50points (75 % contre 24 %). Dans le Maryland, il obtient 60 % contre 37 %. En Virginie (64 % contre 35 %), il a bénéficié des voix des indépendants, qui étaient admis à participer au scrutin.

Surtout, il a élargi l'éventail de ses électeurs. Jusqu'à présent, Mme Clinton était plutôt la candidate des "cols bleus". Dans le Maryland et en Virginie, M. Obama l'a emporté de plus de 20points dans la catégorie des électeurs à bas salaires.

Il reste à établir s'il s'agit d'un phénomène propre à la région ou si le sénateur de l'Illinois, qui s'était jusque-là assuré une coalition d'étudiants, de gens aisés et de Noirs, a réussi à faire une percée qui peut lui assurer la nomination. Dès son discours, prononcé dans le Wisconsin, un Etat qui vote le 19 février, il a insisté sur l'économie et promis qu'il serait un président "qui sera du côté des travailleurs". Il devait annoncer des propositions pour "créer des millions de nouveaux emplois", mercredi, lors d'un discours à l'usine General Motors de Janesville.

Mme Clinton a conservé sa "clientèle" féminine blanche, et le vote rural en Virginie, mais son adversaire a emporté la majorité du vote blanc masculin. Au Texas, elle espère consolider le soutien des "Latinos" en sa faveur.

Devant un auditoire de 16 000 personnes dans la ville universitaire de Madison, M. Obama a tenu un discours plus sobre que celui que lui avait écrit, dans le New Hamsphire, sa jeune "plume" de 26 ans, Jon Favreau, un étudiant recruté dans l'équipe de John Kerry à peine sorti de l'université jésuite Holy-Cross du Massachusetts. "Aujourd'hui, nous avons gagné à Washington. Mais ce mouvement ne cessera pas tant qu'il n'y aura pas du changement à Washington", a dit M.Obama, avant de critiquer, comme il le fait souvent, les "cyniques" qui ne croient pas à son mouvement. "C'est la nouvelle majorité américaine", a-t-il lancé.

M.Obama a attaqué très directement John McCain, qui était venu lui serrer la main, dans la journée, au Sénat. Il a pris soin au préalable de rendre hommage à ses états de service : "John McCain est un héros. Nous applaudissons son service à la nation." Puis il a préfiguré ses angles d'attaques pour l'éventuelle bataille contre le candidat républicain. La guerre : "M.McCain ne pourra pas dire que j'ai soutenu cette guerre, parce que j'y étais opposé depuis le départ." Et les réductions d'impôt de 2003, que M. McCain a refusé de voter parce que les plus riches en bénéficiaient alors que le pays était en guerre. Aujourd'hui, M. McCain est favorable à leur renouvellement. "Quelque part sur la route, l'express du parler vrai a perdu une roue", s'est moqué M.Obama.

Quelques instants plus tard, M. McCain a répondu à M.Obama dans son attaque la plus construite à ce jour. Vingt-cinq ans séparent les deux hommes. Sans jamais citer son collègue, M. McCain a montré comment il allait négocier la différence d'âge, si M. Obama devait être le candidat démocrate : par une leçon de choses. "Encourager un pays avec seulement la rhétorique (\u2026) n'est pas une promesse d'espoir. C'est une platitude", a-t-il dit, avant d'ajouter : "Je ne me présente pas à la présidence avec la présomption que je suis béni d'une telle grandeur personnelle que l'Histoire m'a adoubé pour sauver mon pays dans ce moment de grand besoin. Je me présente avec l'humilité d'un homme qui ne peut pas oublier que son pays l'a sauvé."

Là-dessus, il a fini par une boutade : "Mes amis, je vous le promets : je suis excité et prêt à y aller." Une expression ("Fired up, ready to go") qui n'est autre que le slogan de campagne de Barack Obama...
Corine Lesnes
fff
2008-02-13 18:31:29 UTC
Permalink
Raw Message
Etats-Unis
Michelle Obama "prête" à devenir First Lady
Marie Simon
Carla Bruni n’est pas la seule première dame qui fait l’actualité. Michelle, la femme de Barack Obama, a accordé une interview à Larry King, sur CNN. Elle se dit "prête à devenir la première First Lady noire" des Etats-Unis.


+ d'informations

* Article Primaires démocrates: Obama gagne trois Etats
* Article Sale week-end pour Hillary Clinton
* Article "Le temps joue pour Barack Obama"
* Diaporama Obama, l'étoile montante des démocrates
* Repères Délégués et super-délégués: à quoi servent-ils?
* Blog New York Coste: le blog de notre correspondant



lle est "prête". Alors que son mari rafle les Etats sous le nez d’Hillary Clinton, contrainte de remanier son équipe de campagne, Michelle Obama est "prête à devenir la première First Lady noire" de l’histoire des Etats-Unis.


A la veille des primaires du "Potomac", appelées ainsi parce que le Maryland, la Virginie et Washington DC, qui votaient mardi, sont traversés par ce fleuve, elle a accordé une interview à Larry King, sur CNN. Elle revient sur "ce mec" qui a "quelque chose de spécial": son mari, Barack Obama qui, d’outsider, est en train de se transformer en favori pour l’investiture démocrate.

"Personne n’aurait pu s’attendre" à l’engouement qu’il a suscité mais elle "n’a pas eu de surprise. Ni bonne ni mauvaise". "Nous sommes des nouveaux venus sur le plan national mais pas des néophytes en politique", souligne cette mère de deux petites filles, Sasha et Malia, diplômée de Harvard.

Et aujourd’hui, alors que Barack Obama pourrait "être un bon président", elle imagine son rôle de Première dame, si jamais il est élu en novembre. "Quel privilège d'avoir la possibilité de m'adresser aux cœurs des gens et de contribuer à faire bouger ce pays dans une direction différente!"

Et les autres "First Ladies" potentielles?
Mais Obama n'est pas encore élu, il n'a même pas encore passé l'étape des primaires! Face à lui, Hillary Clinton: si elle est élue, la "First Lady" sera à la fois un homme et un ancien président des Etats-Unis: Bill Clinton!

Autre "First Lady" potentielle: Cindy, la deuxième femme de John McCain, héritière du grand distributeur de bière Hensley et fondatrice d'une ONG, American Voluntary Medical Team.
Loading...